Qui vient à Caorle pour la première fois, découvrira bien vite de ne pas être dans une simple localité -qui fait de la plage le seul pôle attractif- mais dans un petit bourg à l’atmosphère très chaleureuse, profondément lié à son origine maritime, au territoire qui l’entoure, et à ses coutumes et ses traditions. Tout cela se reflète dans la tradition culinaire dont les cuisiniers de Caorle savent exalter les grandes qualités prenant particulièrement soin de la présentation et de la préparation des plats.

banner-itinerarigusto

L’élément de base de chaque plat est le poisson, dont les poissonneries du coin sont bien approvisionnées grâce à une belle flotte de petits bateaux de pêche. Ses qualités organoleptiques sont reconnues par les cuisiniers et diététiciens, il suffit de penser à quelques produits tels que la Cappa Santa, les Moscardini, les Canestrelli. C’est ainsi qu’un groupe de restaurateurs locaux a donné vie à une marque de qualité organisant des manifestations eonogastronomiques, afin de valoriser et de protéger les caractéristiques et l’authenticité de quelques plats de Caorle dont le “broéto”, soupe de poisson qui constituait le plat principal des pêcheurs durant leurs longues journées en mer, le “speo e bisato” ou l’anguille à la broche. Cette dernière demandait une longue préparation et dans le passé était une spécialité typique des “casoni”, les anciennes maisons de pécheurs.

Le “masenete”, fritures de jeune poisson, les nombreuses spécialités de poissons grillés, mais aussi beaucoup de plats de la tradition vénitienne, sûrement élaborés de différentes manières et que les habitants de Caorle ont su soigneusement réaliser, sont de vrais délices. Par exemple, “sarde in saor” (les sardines frites macérées dans l’oignon), les “bigoi in salsa” (pâtes aux anchois), les spaghetti aux “pevarasse” (clovisses), les spaghetti aux langoustines, (“la busara”), les pâtes aux “zotoi”(petits calamars), les tagliolini au crabe, risotto aux fruits de mer et aux seiches, pour ne pas oublier les hors-d’œuvre de “granseola” et les truffes de mer, les “canocie”.

ristorante-14

Ainsi durant les week-end automnaux et printaniers, si vous passez par Caorle, vous pourrez vous retrouver au beau milieu d’un petit salon du goût avec stands gastronomiques qui, dans une charmante atmosphère de fête paysanne, vous permettront de régaler votre palais. Outre cette variété de spécialités de mer on trouve une florissante production régionale de fruits et légumes, grâce au microclimat de cette zone et aux caractéristiques du terrain inondé qui favorisent la culture et exaltent la qualité de nombreux légumes, comme par exemple l’asperge blanche (typique l’association œufs et asperges ou le risotto aux asperges), les petit-pois, les poivrons, les courgettes, les aubergines, les tomates, les salades fraîches, le ″radicchio″ (la chicorée), et enfin les fruits, les poires vénitiennes, la pêche blanche de Venise; en outre, durant ces dernières années, s’est intensifiée la production de succulents melons et pastèques de qualité.

C’est pourquoi, en 2001, un centre de promotion des produits agricoles de Caorle a été crée dans l’exploitation agricole Chiggiato. On y organise des manifestations, des rencontres, des stands œnologiques et gastronomiques et le même centre est également le siège d’une exposition permanente de produits typiques pas seulement de la zone de Caorle, mais aussi de la proche Slovénie, grâce à un projet commun qui vise à promouvoir notre territoire et ceux limitrophes.

ristorante-15

On n’a pas besoin de s’éloigner trop de la côte, munis uniquement de vélo (surtout depuis que les pistes cyclables ont été créées), pour trouver la plus grande exploitation de la zone, l’Exploitation agricole de Ca’ Corniani où on y produit le maïs, le soja, le froment mais où on y trouve aussi un élevage d’anguilles et une grande production d’excellents vins que l’on peut déguster dans les très belles caves depuis peu rénovées. Si ensuite vous voulez déguster d’excellents produits biologiques, à quelques kilomètres de l’arrière-pays, vous trouverez de nombreuses petites exploitations qui vous permettront de goûter et d’acquérir la spécialité de leur production comme par exemple les charcuteries. En effet, il existe encore, surtout dans les petites exploitations familiales, l’ancienne tradition d’abattre les cochons à l’arrivée des premiers froids hivernaux, produisant ainsi d’excellents saucissons de pays, dont la ″soppressa″, les “ossocolli” (la coppa), les “musetti” (saucisson à cuire), les “figadei” (saucisse au foie).

Nous avons parlé de nourriture succulente, mais nous ne pouvons certainement pas négliger la boisson par excellence, le vin. Vaste gamme d’excellents vins de pays que chaque restaurateur sera toujours vous conseiller et qui se marieront parfaitement aux plats que vous dégusterez.

En ce qui concerne la production de vin, Caorle occupe une position stratégique: à quelques kilomètres de distance se trouve la zone D.O.C. du Basso Piave, où de nombreuses petites caves produisent des vins comme Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Raboso, Pinot noir et gris, Merlot. Tocai frioulan, Verduzzo et Chardonnay. Pas très loin d’ici, près de la ville historique de Portogruaro se trouve la zone D.O.C. de Lison – Pramaggiore, dénommée “la strada dei vini dei Dogi” (la route des vins des Doges). Les caves sont signalées ici par des panneaux qui se distinguent au Leone di S. Marco (Lion de S. Marc) et produisent, outre les vins précédemment cités, le Malbech, le Refosco au pédoncule rouge, le Verduzzo doux.

Les produits fromagers ont aussi leur importance: trois fromageries de caractère artisanal sont présentes dans la zone: la fromagerie de Porto Santa Margherita de Caorle, la crèmerie de Annone Veneto et la crèmerie sociale de Summaga. Dans cette dernière, on produit la Summaghella, un bon fromage frais. Typique de cette zone, le fromage “Latteria”, frais ou affiné, le fromage “pincion”, relevé et aromatique, comme également le fromage “ubriaco” (ivre) ainsi appelé par les agriculteurs qui avaient l’habitude d’immerger les formes dans le mout et la lie de Raboso, de Cabernet et de Merlot pour la conservation et pour donner à la croûte toute sa coloration violacée foncée.